«Nous ne sommes pas des adeptes de la théorie du complot»

Le Courrier, le 15 septembre 2008, Simon Petite

11-SEPTEMBRE• Qui a détruit les tours jumelles? De plus en plus de personnes s'interrogent. Rencontre avec le président de l'association «le 11 septembre en question».

L'article original en format pdf

Alors que les Etats-Unis commémoraient le 7e anniversaire des attentats, un sondage montrait que seules 46% des personnes interrogées dans dix-sept pays croyaient à la culpabilité d'Ousamma Ben Laden (lire ci-dessous). Après les doutes de l'actrice oscarisée Marion Cotillard, le comique français Jean-Marie Bigard a déclaré à la radio que c'était un «missile américain» qui avait frappé le Pentagone et que les tours jumelles avaient été démolies de façon «contrôlée». L'humoriste est ensuite revenu sur ses propos et a présenté des excuses. Ces sorties prêtent à sourire mais elles témoignent d'un mouvement de fond dans l'opinion. Sur internet, de nombreux sites ont pris le relais du Français Thierry Meyssan qui, dans son best seller L'effroyable imposture (2002), affirmait que les attentats avaient été fomentés par «une faction du complexe militaro-industriel» étasunien. En Suisse, à l'image du professeur d'histoire bâlois Daniele Ganser, ce sont des universitaires qui font part de leurs doutes. Pour leur donner un écho, une association nommée le «11 septembre en question» a été créée en février dernier. Elle revendique une centaine de membres et est présidée par Richard Golay, un ingénieur et conseiller communal vert à Pully. Rencontre.

Quand avez-vous commencé à avoir des doutes sur la version officielle des attentats du 11 septembre?

Richard Golay: J'ai lu le livre de Thierry Meyssan, quelques mois après sa sortie en 2002. En m'intéressant davantage au sujet, je suis tombé sur les thèses de Jean-Pierre Petit, un scientifique français aujourd'hui à la retraite. J'ai ensuite appris qu'il y avait eu une conférence à Manhattan. C'était, je crois, en 2005. Les participants dénonçaient les déclarations rassurantes des autorités, alors que de la poussière d'amiante s'était dégagée des tours. Ils s'interrogeaient aussi sur l'attaque contre le Pentagone.

Quels sont les buts de votre association?

Nous voulons susciter un vrai débat public. Les attentats du 11 septembre ont été le prétexte pour l'invasion de l'Afghanistan et de l'Irak, qui ont fait des centaines de milliers de morts. Ils ont aussi provoqué un raidissement autoritaire des démocraties occidentales. Il existe quantité d'informations qui devraient être connues, mais qui ont été oubliées dans l'enchaînement d'événements après le 11 septembre.

Est-ce à dire que le sujet est tabou?

En Suisse, je ne crois pas. Depuis la création de l'association, nous avons eu un bon écho dans les médias. Rien à voir avec la France, où on jette l'anathème sur tous ceux qui remettent en doute la culpabilité d'al-Qaïda. Mais, pour l'instant, le débat reste au niveau sociologique – que révèlent ces doutes de nos sociétés – alors qu'il s'agit d'un débat technique. Ainsi, ce n'est pas avec des points de vue ou des opinions qu'on élucidera l'inexplicable effondrement de la tour numéro 7 du World Trade Center, un bâtiment de 47 étages situé au pied des tours.

Quelle est votre théorie?

Le building n'a été frappé par aucun avion et il s'est effondré sept heures après les deux tours. Aucune construction de cette sorte ne s'est jamais effondrée à la suite d'un incendie. Plusieurs spécialistes de la démolition contrôlée pensent plutôt que la tour no 7 a été détruite à l'aide d'explosifs, ce qui suppose de placer les charges plusieurs jours à l'avance. Le bâtiment abritait des bureaux du FBI et de la CIA, un centre retranché pour le maire de New York ainsi que la commission de contrôle des opérations boursières. Il était donc très sécurisé. La question d'une complicité se pose donc fatalement.

L'effondrement de cette tour no 7 est devenu votre principal argument. Est-ce parce que Thierry Meyssan, selon qui aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone, a été depuis passablement discrédité?

Thierry Meyssan a pris des coups pour tout le monde. Son livre est sorti très tôt après le drame du 11 septembre. Il avait un côté blasphématoire. Il n'empêche que les doutes de Meyssan sur le Pentagone restent d'actualité. De nombreux groupes aux Etats-Unis s'en sont emparés. Meyssan avait l'autre tort d'avoir beaucoup écrit contre les excès des gouvernements israéliens. Il a été traité d'antisémite.

Avouez que votre association prête elle aussi le flanc à la critique. A vous lire, cinq Israéliens au «comportement suspect» ont été arrêtés le 11 septembre pour être relâchés et rapidement renvoyés dans leur pays.

Cette arrestation est une information avérée. Le journal israélien Haaretz en a fait état le 17 septembre 2001. Nous ne faisons que porter à l'attention du public des faits oubliés. Nous n'en tirons aucune conclusion hâtive. D'autant qu'il s'agit d'un détail par rapport à l'ampleur des autres éléments troublants. Il est tout aussi absurde de nous taxer d'antiaméricanisme primaire. Car c'est aux Etats-Unis que les groupes militant pour la réouverture de l'enquête sont le plus actif. Ce genre d'accusations vise à empêcher tout questionnement.

Etes-vous des adeptes de la théorie du complot?

Je réfute cette qualification. Le terme d'adepte renvoie à une secte. Nous souhaitons au contraire ouvrir un débat, qui, je le répète, est scientifique et technique. Or nous avons toutes les peines du monde à porter le débat sur ce terrain. On nous oppose systématiquement des intellectuels comme Pierre-André Taguieff (lire notre édition du 22 août), qui nous traite d'illuminés. L'historien prétend qu'il y a infiniment plus de conspirations imaginaires que réelles. Mais sur quoi se base-t-il? Le propre d'un complot réussi est justement de ne pas s'ébruiter.

L'absence de preuve d'une conspiration pour provoquer ou laisser faire les attentats du 11 septembre prouverait donc que le complot a réussi?

Je ne veux pas entrer dans ce débat. Je le répète, nous souhaitons seulement que les scientifiques et les experts qui doutent de la version officielle soient entendus. Si l'enquête est réouverte, il appartiendra ensuite à la justice de trancher.

Qui est derrière ces attentats?

Chacun a sa conviction intime mais je ne vous donnerai pas la mienne. J'outrepasserais mon rôle. Notre association vise simplement à ce que chacun puisse aboutir à sa propre conclusion.




Une opinion mondiale sceptique

L'université du Maryland a interrogé entre le 15 juillet et le 31 août 2008 16'063 personnes dans 17 pays à propos du responsable des attentats du 11 septembre.
  • Dans neuf pays seulement une majorité des sondés pensent qu'al-Qaïda est à l'origine des attaques.
  • Ceux qui croient le plus à la version officielle sot les Kenyans (à 77%) et les Nigérians (71%).
  • Seuls 32% des Chinois pensent que Ben Laden est derrière les attaques du 11 septembre.
  • 64% des Allemands interrogés, 63% des Français, 57% des Britanniques et 56% des Italiens penchent pour la culpabilité du réseau terroriste.
  • Mais 23% des Allemands voient la main du gouvernement étasunien derrière les attaques. Ils sont 15% des Italiens,8% des Français et 5% des Britanniques à penser ainsi.
  • Au Moyen Orient, 43% des Egyptiens, 31% des Jordaniens et 19% des Palestiniens incriminent Israël.
  • En moyenne, 46% seulement des personnes interrogées citent al-Qaïda, 15% le gouvernement étasunien,7% mettent en cause l'Etat hébreu et 7% parlent d'un autre commanditaire. 25% des sondés ont dit n'avoir aucune idée de qui est derrière le 11 septembre.